Découvrir

(AMO) Le lieu

D’actives recherches nous ont permis de trouver à la vente ce terrain de près de 7500 m² comportant une surface constructible de 2800 m² incluant un bâti ancien de 100 m² au sol sur deux niveaux à réhabiliter, l’ancienne ferme du Drouillard. Situé sur la commune de La Montagne, à la limite entre le bourg (quartier résidentiel de la rue Jean Mermoz au sud de la ville) et les champs qui bordent la commune, le terrain bénéficie de cette double proximité privilégiée: un lien direct avec le bourg et le voisinage d’un côté, et le calme des zones agricoles non constructibles de l’autre, qui nous assurent un cadre préservé.

Le terrain constructible permet la réalisation d’une douzaine de logements autour du bâti existant qui deviendra la future maison commune. Ces bâtiments peuvent prendre la forme d’un plain-pied avec des combles habitables ou d’un R+1 dans la zone de constructibilité des 20 m à partir de la voie d’accès.

Nous avons choisi de louer la parcelle agricole (pré) attenante afin de disposer d’un espace suffisant pour nos expérimentations potagères en permaculture.

Le projet architectural

La parcelle compte une superficie totale de 7178.10 m². Le projet est composé de 3 volumes bâtis autour d’une maison existante. La surface de plancher créée est de 963.40 m², la surface totale du projet sera d’environ 1175.70 m². Le projet compte 12 logements, du T1 au T5

L’ensemble de la parcelle se situe en retrait de la rue Jean Mermoz, composée d’une bande de constructibilité principale et secondaire. Sa constitution étant un assemblage de parcelles hétéroclites, sa forme et sa taille sont particulières.

Sa profondeur moyenne est de 50m. Sa longueur moyenne est de 120m.

On observe une pente générale Nord / Sud d’environ 2%. Sur la partie constructible du Pré Commun, les points d’altimétries montrent une variation tout en ayant une assiette de projet plus ou moins plane. Plus généralement le centre de la parcelle est moins élevé que les limites Nord, Ouest et Sud.

La zone constructible est de forme concentrique autour de la maison existante. Elle a une superficie de 2545 m².

Le retrait du terrain par rapport à la rue Jean Mermoz, additionné à la forme particulière de la parcelle, limite la bande de constructibilité principale (BCP) à l’espace où est implantée la maison existante. L’ensemble des volumes du projet sont donc constitués dans la bande de constructibilité secondaire (BCS).

Le projet s’implante en limite Ouest de la parcelle constructible, dans l’idée de mettre la maison existante au centre.  Trois volumes se distinguent par leurs formes reprenant les axes directeurs du terrain. Cet emplacement est un moyen de s’éloigner au maximum des maisons environnantes dans un souci de limiter les vis-à-vis et la nuisance «acoustique».  Cette implantation tient également à la volonté d’un ensoleillement généreux dans les logements, et d’une volonté de contrôler/gérer les vues depuis l’intérieur des logements vers les espaces communs et les environnants (et inversement).

Au Nord, un volume s’implante en limite séparative latérale, en R+1 avec une toiture simple rampant à 45° imposé dans le gabarit de la BCS. Cette pente permet d’adoucir l’impact visuel en se rapprochant des maisons voisines.

Au Sud, un volume s’implante entre la limite de constructibilité et la limite séparative latérale. En R+1 avec une toiture simple rampant à l’Est pour les mêmes raisons d’adoucir l’impact visuel.

A l’Ouest, un volume s’étend en longueur suivant la limite de constructibilité, en R+1. La toiture terrasse est dynamisée en trois points avec des rampants orientés Est dans un souci de cohérence esthétique avec le reste du projet.

Au centre, la maison existante. En R+1/ combles, est entourée d’appentis d’une hauteur moindre que l’ensemble. La démolition d’une partie des appentis existants est prévue dans le présent projet.

 L’accès principal à la parcelle enclavée s’effectue au Nord de la parcelle. Le PLU demande un total de 26 places de stationnement. L’espace étant naturellement dégagé par la végétation et stratégiquement situé, entre l’environnant pavillonnaire et le volume au Nord du projet proposé, il serait installé 50% des places de stationnement demandées (soit 13). Les 50 autres % des parkings se répartissent sur le reste de la parcelle constructible, proche des deux autres volumes. Une circulation concentrique entre les volumes du projet et la maison apparaît naturellement, sur ce cheminement s’implantent respectivement du Nord vers le Sud : le garage à vélo, le local ordure, le local encombrant et les espaces de stockages / locaux techniques.

 Le terrain présente une végétation dense plantée dans les années 1960, composée essentiellement de conifères et d’arbres persistants, pour certains dépérissant.

  L’enjeu du projet des espaces extérieurs est de s’appuyer sur ce patrimoine arboré tout en garantissant un apport de lumière naturelle satisfaisant pour les logements. La plantation de sujets au feuillage caduc doit permettre de répondre à cet objectif tout en proposant un paysage changeant au fil des saisons (feuillaison, floraison, fructification).

Le matériau utilisé pour les voiries et les poches de stationnement est la grille « Meba » de chez Kronimus. Il s’agit d’une dalle béton de 60*40*10 cm qui présente la particularité d’être à la fois carrossable et partiellement perméable grâce à la présence de larges alvéoles (8*8) pouvant être remplies de terre et ensemencées.

Les quatre bâtiments sont accessibles par une bande de béton de 1,20 mètre de large qui longe la voie de circulation. Des passerelles en bois traversent les noues au droit de chaque porte d’entrée. Ponctuellement, les alvéoles des grilles  « Meba » sont remplies de pavés prévus à cet effet afin de constituer des chemins confortables à la marche et accessibles aux fauteuils.

La gestion des eaux pluviales se fait en surface à l’aide de noues plantées qui longent les façades des bâtiments à l’intérieur de la zone constructible. Elles permettent de conduire et de tamponner les eaux de toitures et les eaux de ruissellement avant rejet au réseau.

L’implantation du projet impose la suppression de 28 arbres. De plus, la création de 26 places de stationnement implique la plantation de 7 arbres supplémentaires. Ce sont donc 37 arbres qui sont plantés dans la zone constructible (UB). Les essences sont adaptées à chacune des situations :

Les noues sont plantées de quatre espèces de Saules de petit développement (Salix caprea, Salix exigua, Salix viminalis, Salix rosmarinifolia). Les aires de stationnement sont plantées de Merisiers (Prunus avium), un arbre apprécié des oiseaux au bois particulièrement dur. La cour centrale est plantée de Frênes à feuilles étroites (Fraxinus angustifolia), une espèce intéressante pour son écorce sombre et bosselée, son houppier pleureur et ses couleurs automnales. Les bosquets sont composés de Noisetiers communs (Corylus avelana), de Cornouillers à fleurs blanches (Cornus sanguinea) et d’Amélanchiers (Amelanchier canadensis)

Les entrées sont toutes individualisées. Pour les appartements en RDC elles se font par une passerelle traversant les noues en pied de chaque maisonnée tandis que les appartements situés en R+1 sont desservis par des circulations extérieures de type coursives. Toutes les entrées et espaces de circulation sont orientés vers la maison existante et le cœur de la parcelle.

Cette organisation permet de faire une dissociation douce entre le commun et le privé. Sans se regarder, chaque maisonnée s’ouvre vers un espace de mise en relation et d’échange entre les occupants du Pré Commun.

Cet espace de mise en commun est en deux parties. Un espace libre extérieur qui permettra les rencontres lors des saisons chaudes, et la maison existante qui fait l’objet d’une rénovation complète.

Si la maison existante fait l’objet d’une rénovation, seule la partie principale d’habitation est conservée. Les appentis Ouest et Sud sont démolis.

La rénovation envisagée sera avant tout portée par une amélioration du confort intérieur pour les espaces mis en commun. La maison est divisée en ce moment en pièces étroites et peu éclairées. Notre volonté est de profiter au maximum des volumes proposés en ne gardant que les murs porteurs, et en réorganisant la distribution pour une plus grande fluidité des circulations d’air, d’éclairement et des personnes. Un escalier intérieur sera complété par l’installation d’un monte personne. 

Les façades seront rafraîchies avec la mise en place de nouveaux châssis à l’emplacement des anciens et l’application d’un enduit identique aux constructions nouvelles pour garder une unité de couleur dans le projet.

Les  façades des maisonnées présentent un jeu entre les revêtements alternant enduit à la chaux, et au R+1 un bardage lame de bois posé horizontalement ou verticalement, avec différentes largeurs pour créer un rythme de densité. Au Nord, cette dualité de matériaux se retourne en intégrant le jardin d’hiver. Un rythme différent s’impose au niveau des locaux poubelles et encombrant avec un bardage bois à clairevoie qui se retourne sur l’angle Est.

Les coursives apparentes des maisonnées sont également traitées en bois.

Ce traitement des façades offre ainsi une alternance de matériaux, de couleurs, et procure une palette chromatique et texturelle, générant une variété cohérente de matérialités depuis l’entrée et suivant tout le cheminement paysager du projet.

Les coopérateurs

Nicole

Multiples boulots au début (de prof d’éco en LEP à intendante au centre nautique des Glénans) puis branchée orientation et insertion professionnelle pendant 12 ans et acheteuse de formation pour un service de l’état pendant 12 autres. En retraite active et agréable depuis 10 ans. Cavalière de randonnée, cycliste pour ses déplacements, navigatrice dès que possible.

Jean-Claude

Tout petit voulait devenir ingénieur, mais est devenu par les hasards de la vie professeur d’allemand et formateur de profs. Parallèlement moniteur de voile et de croisière bénévole, recyclé dans plusieurs associations, bricoleur réparateur à temps perdu et capitaine d’occasion aux Copains du Bord. S’intéresse aussi au vélo, surtout couché et à trois roues. Aurait envie après plus de 40 ans de vie en communauté de continuer à partager les joies, et aussi les aléas, d’un voisinage proche, solidaire, amical et bienveillant.

Monique

J’ai toujours mené de front ma vie de famille et les tâches domestiques associées, mes études et un emploi salarié à temps plein depuis 1965, puis depuis ma retraite dans des engagements associatifs forts.  Peu bricoleuse et affligée de 2 mains gauches, je suis plutôt une intellectuelle pragmatique ! Comme d’autres parmi nous, je vis depuis longtemps en communauté, avec des hauts et des bas et je souhaite, avec le Pré Commun, faire une nouvelle expérience non solitaire. Comme tous les coopérateurs de ce beau et passionnant projet, j’ai envie de partager plaisirs et aléas d’un quotidien joyeux, ouvert, respectueux et bienveillant, dans la sérénité.

Bruno

Architecte Enseignant en transition. Permaculteur en herbe . Multi-pliqué dans l’association HEN pour porter haut et fort le développement de l’éco-construction et des habitats sains à échelle humaine.

Esteva

Sandrine

Scénographe de théâtre et d’exposition, après quelques détours professionnels par le Gabon et le Burkina Faso. Professeure d’Arts Plastiques à mi-temps, en pleine interrogations et recherches sur l’enseignement … Passionnée de spectacles, épanouie en tenue d’aïkidoka-te, pianiste aux heures perdues, heureuse pieds nus dans les champs.

Annick

Pharmacien biologiste encore en activité pour quelques mois , désireuse de prendre enfin du temps pour réfléchir à la beauté du monde mais pas toute seule car convaincue de la richesse du partage

Benoit

Enfance dans un village rural, puis dans une petite ville industrielle. Education traditionnelle (enfant unique , parent célibataire). Fin de scolarité après bac. Service militaire. Voyages. Plusieurs voies professionnelles depuis trois décennies. Plusieurs déménagements. Maine&Loire, Normandie, Paris, Nantes. Vie en couple maritalement, vie célibataire. Actuellement vie organisée en communauté. Homme. 1m75. 72 kg. Francophone. Centres d’intérêt multiples (Musique, Littérature, Langues étrangères, randonnées avec des amis).

Guillaume

Petit humain, j’ai traversé un demi-siècle de vie en faisant feu de tout espoir. Et ce fut la plus saine façon de mûrir. Aujourd’hui grandi, car entouré de trois enfants (Louise 14 ans, Ange 12 ans et Félix 8 ans) je veux poser les sacs et construire solidement une bienveillance avec tous ceux qui partagent mon espace vital. Réduire les besoins, augmenter la joie, le plaisir et booster tout ça avec des rires ! Parce que ça va pas se faire tout seul…

Lucie

Maman de trois petites flèches, moitié finlandaise, humaniste dans l’âme , férue de sagesse ancienne (je fus prof de Lettres Classiques), curieuse des traditions et de la manière dont elles résonnent avec les découvertes scientifiques récentes, thérapeute en médecine chinoise (acupuncture, massage, phytothérapie, et diététique), étudiante passionnée, j’aime avant tout l’interaction et le partage avec autrui. J’aime danser, j’aspire à la légèreté et je savoure l’aventure: celle-ci étant la plus constructive jamais entreprise !

Félix 8
Louise 14
Ange 12

Anne

Amie de la poésie existentielle, des yeux ouverts et des coeurs battants 😉 Accompagnée de Gwilherm, aux rêves … d’inventeur et semeur de « graines dans la terre »

Gwilherm 10

Laure-Anne

C’est le voyage vécu en tant que chemin initiatique qui m’a conduit à élargir ma vision du monde et de la vie.  Je poursuis cette recherche grâce à la pratique du Yoga … S’unir au sein d’un habitat partagé, à travers une dimension collective, nourrit en moi le besoin profond de questionner le vivant qui m’entoure et de donner du sens. Partager une authenticité sans fard … s’ouvrir à la différence de l’autre, sentir la solidarité m’offrent davantage de joie, de courage et d’énergie pour accueillir la vie telle qu’elle se présente. Sans cesse, renouveler mon regard vers plus d’émerveillement et le transmettre à mon petit garçon. En ce sens, je ressens de la gratitude pour chacune des personnalités du groupe.

Jules

Footballeur en herbe, je ne manque sous aucun prétexte les résultats de la coupe du monde. Fan de Harry Potter, j’aime écrire mes textes mais aussi composer des airs à la guitare. J’enfile volontiers mon sac à dos pour partir à la découverte de nouveaux horizons à travers la globe.

Thibaud

Animateur en reconversion biologique. Musicien, promeneur, cycliste joyeux (même l’hiver) et prosélyte. Fan de longues réunions associatives, militant à la section Université Populaire de l’ALM et intéressé aux processus démocratiques et à la création collective. Accompagné d’un petit mais dynamique rejeton haut comme trois ans (et demi) qui répond comme feu son grand-oncle au doux nom d’Yvon (c’est mon côté tradi).

Yvon 5

Bertrand

Informaticien, expert en langage ADA… plus passionné par le parapente et les nombreuses virées en montagne que par une carrière professionnelle. Une mise en retraite forcée par une maladie invalidante. qui rend encore plus précieux ces moments d’excursions vécus en altitude. je suis heureux de retrouver un projet collectif enthousiasmant

Mijo

Un chemin de vie riche de multiples expériences pour découvrir à chaque fois de nouveaux horizons… de la confection, à éducatrice de rue, puis dans le secteur médico-social pour terminer comme médiatrice, sans jamais perdre de vue mon propre centre grâce une pratique personnelle du yoga, partagée. Voilà une nouvelle aventure qui commence avec le Pré commun où l’on va conjuguer ensemble, solidarité et partage.

Notre aventure

Bref historique du projet. Pour des repères plus détaillés sur la chronologie consultez la page Pas à Pas.

2015

Constitution d’un groupe de six personnes au Pellerin. Suite à une démarche de réflexion sur l’habitat partagé, ils commencent la recherche d’un site. Un premier terrain situé à la Montagne est envisagé mais la procédure d’achat est interrompue par la préemption.

2016

Suite à des rencontres dans le cadre de l’association Habitat et Energies Naturels au printemps 2016, le groupe totalise 14 adultes et 7 enfants. Il amorce le travail de définition du programme et la rédaction de la raison d’être du projet. Deux sites sont étudiés. Celui de La Montagne fait l’objet du consensus. Un certificat d’urbanisme opérationnel est sollicité en mai 2016 pour valider la constructibilité du projet basé au départ sur 6 à 7 logements. La faisabilité du projet validée sur une densification plus importante, un compromis de vente est signé pour un terrain de 7200 m2 situé 3 rue Jean Mermoz à la Montagne à l’automne.

26/12/2016
Création de l’association le Préau Commun qui porte le projet en préfiguration.
Assemblée Générale du 11/12/2016
Choix du cabinet d’architectes Guinée*Potin
28/11/2017
Création de la SAS Coopérative à Capital Variable le Pré Commun, au capital de 353 800 € .
05/12/2017
Obtention du Permis de Construire.
22/12/2017
Obtention de l’agrément PLS auprès de Nantes Métropole.
12/2/2018
Signature de l’acte de vente authentique du terrain 3 rue Jean Mermoz à la Montagne.
15/5/2018
Obtention d’une subvention de 25 000€ au titre du programme Habitat de la Fondation de France. Le projet est retenu dans le cadre des Lauriers de la Région Pays de Loire .

2017-2018
Formation des associé.es en gouvernance, en techniques constructives en lien avec HEN, en permaculture et préparation du chantier: élagage, valorisation du bois; déconstruction du poulailler, de l’atelier existant, de la véranda de la maison commune

2019

janvier : début du terrassement
février : début du gros-oeuvre

 

La raison d'être

Le Pré Commun est plus qu’un lieu de résidence. C’est aussi un projet de vivre ensemble porté par un groupe transgénérationnel d’horizons sociaux différents, convaincu que le partage et la solidarité enrichissent les liens de voisinage.

Sa volonté de réduire l’empreinte environnementale se retrouve à la fois dans la construction, le fonctionnement de l’habitat, la mobilité alternative à la voiture et la recherche d’une production énergétique et alimentaire.

Les membres du groupe, fortement impliqués dans la vie associative de leur lieu actuel de vie, continueront à s’investir en ouvrant leur nouvel habitat vers l’extérieur.

Compte tenu des valeurs portées par le groupe, le statut de  coopérative d’habitants est le plus adapté.

Vivre ensemble :

  • rechercher simplicité, écoute, partage d’idées, choix collectifs sur la base de démocratie horizontale
  • adopter un mode de gouvernance commun
  • mélanger les générations
  • être attentifs à la parole de tous y compris des enfants
  • avoir un lieu de vie avec du collectif (partager, faire ensemble), un espace ouvert sur son environnement (simplicité, respect, non jugement) et un « chez soi » existant

Partage et solidarité :

  • partager compétences, savoirs, savoir-faire, projets, envies, moments festifs
  • & partager des activités sociales, culturelles…
  • partager des lieux de vie collectifs : cuisine, salle de réunion, chambre d’amis, ateliers, salle de jeux, etc.
  • s’entr’aider : garde d’enfants, courses, aide aux devoirs, etc,
  • faire ensemble : cultiver un jardin, faire de la musique, entretenir le site, etc.

Réduction de l’empreinte environnementale :

  • utiliser des matériaux écologiques et locaux
  • réaliser un habitat compact énergétiquement économique
  • mettre en œuvre collectivement des choix d’aménagement à faible impact
  • privilégier les énergies renouvelables
  • réduire les déchets : tri sélectif, compost collectif, recyclage
  • optimiser la gestion de l’eau
  • gérer les déplacements : utiliser vélo, covoiturage, autopartage, transports en commun

Ouverture sur l’extérieur :

  • mélanger/croiser habitat, activités, accueil
  • organiser des activités ouvertes : petits concerts, spectacles, stages
  • être un lieu d’accueil, une pépinière de projets

Coopérative d’habitants :

  • développer du logement abordable durablement en créant le statut de propriétaire-locataire
  • refuser la spéculation immobilière