Formations Terre au Pré Commun

Le Pré Commun a accueilli deux formations cet été en lien avec l’association HEN. Tout d’abord le dernier module du cycle de découverte du matériau Terre le 29 et 30 juin. La dizaine de stagiaires ont pu perfectionner leur maîtrise des enduits terre en s’exerçant sur différents type de support proposés sur le site. Un grand merci à Maholimihanta ANDRIAMIHAJA (Diamanch’ pour les intimes) qui a contribué dans le cadre de son stage au sein d’HEN à la préparation de la formation. Elle nous en propose une synthèse graphique très agréable à parcourir téléchargeable ici.

Autre public invité à venir s’exercer au Pré Commun, les stagiaires de la formation longue en éco-construction proposée par la MFR de Riaillé. HEN a mis en place un partenariat avec cette structure pour organiser des chantiers écoles, terrains de mise en application pour les personnes en formation. Une quinzaine de stagiaires sont venus au cœur de l’été le 8 août pour s’exercer aux enduits de finition sous la houlette de Ricardo de Paoli.

Formation aux peintures avec Colorare

Les échantillons produits lors de la formation en exposition

Nous avons trouvé un partenaire pour les peintures et enduits décoratifs. Colorare, un fournisseur de produits n’utilisant aucun composés de la pétro-chimie. C’est un réseau de 4 boutiques dont une implantée sur Nantes. Elle organise régulièrement des formations pour prendre en main les différentes techniques. L’entreprise assure aussi les chantiers sur site. Seuls deux appartements seront réalisés par Colorare et la plupart des plafonds. Nous prenons en charge la réalisation du reste des prestations sur les autres logements. La plupart des coopérateurs souhaitent s’investir dans les finitions de leur appartement. Nous prévoyons aussi une part importante de surfaces en enduits terre en réemploi des terres excavées pour les fondations et le terrassement. Le traitement de ce sujet fera l’objet d’un autre article.

Colorare nous accompagne dans la mise en oeuvre de ses produits avec une formation et un suivi de la mise en oeuvre.

La première formation s’est déroulée sous la houlette d’Audrey le samedi 13 juillet. Prochain épisode le samedi 21 juillet.

La formation a démarré par la mise en œuvre des Stucco. Il s’agit de superposer 3 couches fines d’un enduit à base de chaux, de poudre de marbre et de pigment. La première est appliquée avec une épaisseur plus importante que les deux autres qui formeront comme un glacis. On utilise pour l’application une lisseuse. Audrey vante les mérites de la lisseuse japonaise, plus légère et souple.

La lisseuse japonaise

Une lisseuse plastique peut aussi s’en rapprocher en terme d’ergonomie. L’inox s’impose dans tous les cas pour ne pas laisser de marques noires lors du « ferrage » de l’enduit. Le coût des 3 passes avoisine les 6 €/m² (4 litres pour 15 m²). Il faut lui ajouter la couche d’accroche « Base 1 » ou « Base plus » (plus couvrante) pour un coût d’environ 4 €/m².

La dernière passe ferre l’enduit (lissage en plusieurs passes) pour lui donner de la brillance. Dans l’application de l’enduit, la régularité du geste, plus petit, donne l’échelle et la vibration. Attention en partie basse des murs à maintenir cette régularité, ce qui peut nécessiter d’inverser le geste.

Première passe
Après trois passes…

Une petite vidéo récapitulative des différentes étapes.

Enduit décoratif à la chaux

Nous poursuivons avec l’application de l’enduit mat à la chaux Tonachino en deux granulométrie (fin et medio). Il s’applique en une passe sur sous-couche Base 1 pour le fin et Base 2 pour le medio.

Une petite vidéo pour voir le geste avec la lisseuse.

Le résultat de nos différents essais se lit sur le panneau ci-dessous.

En haut Tonachino medio seul, en dessous le medio fini par une couche de fino. En bas à droite le Tonachino medio fini par une couche de stucco légèrement ferré.

Peintures à la chaux

Nous finissons notre apprentissage avec les peintures à la chaux. Elle est appliquée à la brosse à badigeon sur une sous-couche Base 1. Le rechampi (liseré en bordure effectué avec le pinceau à rechampir) doit être croisé comme les couches de peinture appliquées à la brosse en décrivant des X. On applique la peinture à la chaux en deux couches. La teinte varie énormément entre l’application et le séchage. La couleur est beaucoup moins saturée au séchage. Attention à ne pas marquer les séparations entre plaques de plâtre en se cantonnant par plaque. On voit les reprises avec la peinture à la chaux mais l’aspect brossé un peu rustique lisse les variations.

Les précisions d’Audrey sur la vidéo.

Nous finissons par un essai de peinture à la chaux sur enduit terre de la gamme Novita. Alternative économique à l’enduit de finition teinté dans la masse (moins de pigments à utiliser). Nous vérifions le bon pouvoir couvrant de la peinture à la chaux, ce qui autorise des gammes de coloris sur enduits terre très variées. A voir toutefois si l’effet couvrant ne masque pas trop la texture de l’enduit terre et n’altère pas la perspirance de l’enduit et son rôle hygro-thermique.

Peinture à la chaux sur enduit terre

En prime le nuancier Colorare pour les peintures aspect mat de la gamme Primavera. que nous appliquerons également. Attention les rendus colorimétriques peuvent subir des distorsions importantes en fonction de l’écran et de la prise de vue.

Février 2018: création d’une haie de Benjes pour délimiter le pré

Nous louons le pré d’environ 4500 m2 attenant à notre terrain, dans la perspective d’y concevoir nos buttes potagères et d’avoir suffisamment d’espace cultivable pour viser l’autonomie alimentaire du groupe au moins en ce qui concerne les légumes et les aromatiques. Les enfants y disposeront également d’un terrain de jeu. Ce pré étant grand ouvert sur les prairies environnantes, cela nous vaut parfois la visite surprise (et tout à fait bienvenue) de chevaux, nous avons décidé de faire une haie sèche avec le produit de notre élagage pour délimiter la partie du pré qui est rattachée au terrain, tout en laissant un passage, et pour utiliser au mieux nos ressources en bois d’élagage pour créer une haie naturelle et bénéfique pour notre environnement.

Benoît amène des branchages résultant de l’élagage à la haie benjes

La « haie benjes », qu’es aquò ? C’est une technique proche du plessage mais avec du bois mort, qu’Hermann Benjes a décrite à la fin des années 80, qui consiste à construire des haies en disposant du bois mort à l’horizontale entre des pieux plantés à la verticale.

Quel intérêt ? Avec le temps, cet andain de bois sec va servir d’abri pour une faune locale (hérissons, rongeurs, oiseaux..) dont les déjections, contenant des graines, vont y implanter une végétation locale bien adaptée et créer un cercle vertueux pour la biodiversité: le fait que l’enchevêtrement de branchages soit un refuge et une réserve de nourriture pour les animaux permet à ceux-ci de l’ensemencer pour en faire une haie naturelle de végétaux vivants, dont les baies permettront aux oiseaux de se nourrir l’hiver. Il faut juste être patient, car cette technique permacole prend du temps pour porter ses fruits !

Guillaume tasse les branchages encore verts de la haie, Thibaud ramène du bois




Visite de l’Habitat Sain – Le Pré Commun – Chantier ouvert au public

La maisonnée 2 vue du toît de la maisonnée 3; à droite: la charpente de la maison commune en rénovation
C’est un grand jour pour nous, gens du Pré 🙂 !
Nos maisonnées prennent forme de jour en jour sous nos yeux ravis et cette journée tombe à point nommé pour partager avec vous notre enthousiasme et nos valeurs !
Vous vous intéressez à l’habitat participatif par simple curiosité ? pour mieux comprendre comment ça marche ? afin de vous faire votre propre idée de cette entreprise ? dans la perspective d’un futur projet de vie ?


Venez découvrir l’ habitat participatif intergénérationnel du Pré Commun à la Montagne (44620) le samedi 25 mai 2019 avec l’association HEN (Habitats Energies Naturels) qui accompagne les particuliers dans leur projet d’habitat éco-construit, sain et écologique, en Loire-Atlantique.

Si les aspects techniques de mise en œuvre du projet vous intéressent, le matin la visite du chantier sera guidée de 10h à 12h:
Visite d’une coopérative d’habitants en chantier de 12 logements regroupés dans trois maisonnées. Le projet privilégie l’approche environnementale :
• structure bois avec laine de bois et ouate de cellulose et laine de chanvre, 
• bardage en bois et enduits terre, • compacité et densité dans l’organisation des logements,
• ouvertures optimisées pour un apport solaire généreux pour diminuer la consommation d’énergie 
• stationnements, ateliers (de mécanique vélo et arts plastiques), salle de pratique (musique, pratiques énergétiques…), locaux techniques, espaces de réunion, de stockage et de répurgation mis en communs, 
• jardin privatifs et collectifs dans une approche permacole. 

Matériaux principaux : Ossature bois, isolation bio-sourcée, enduits terre.

 La visite du chantier se fera en présence de l’entreprise de charpente ISAC (membre du réseau EchoBat) en charge de lots de second-oeuvre (plâtrerie, menuiseries, escaliers, …). 
Le projet intègre également la rénovation d’une bâtisse ancienne qui regroupe les locaux communs sur plus de 250 m².

Pensez à vous inscrire via l’association HEN, c’est gratuit pour les adhérents, 5 euros pour les non-adhérents:
https://www.helloasso.com/associations/habitats-energies-naturels/evenements/visite-de-l-habitat-sain-le-pre-commun-chantier-ouvert-au-public


L’après-midi, ce seront les Portes Ouvertes de l’Habitat Participatif: la visite est gratuite.
Dans le cadre des Journées portes ouvertes, les membres du Pré Commun vous accueillent pour vous faire découvrir leur projet en cours de réalisation, les modalités du montage juridique et financier spécifiques à cette logique solidaire, les options prises sur la gestion du groupe: vous pourrez ainsi mesurer l’investissement en temps et en énergie qu’implique ce type de projet et voir l’avancement d’un projet porté par un collectif de quatorze adultes (et huit enfants) au bout de deux ans et demi.
https://www.helloasso.com/associations/habitats-energies-naturels/evenements/porte-ouverte-de-l-habitat-participatifR
RDC maisonnée 2 et RDC + R+1 maisonnée 3

Rencontre du troisième type

Pour fêter la rentrée, en ce samedi 15 septembre, présenter l’avancement de notre projet d’habitat coopératif, un temps convivial.
Arrivée sur les lieux au 3 rue Jean Mermoz sur la commune de La Montagne (au fond du chemin à droite) à partir de 14H30 pour une visite des lieux et présentation du projet.
Nous aurons ensuite le plaisir d’accueillir une session du spectacle M.O.C. sur les OVNI (tout public) à partir de 16H00 (durée environ 1H15) à l’issue duquel nous pourrons partager un verre et plus si affinités.
Au plaisir de vous retrouver pour cette rencontre du troisième type.

ovni

Stage Permaculture – Jour 5

Lucie et Guillaume traînant du broyat de bois dans une bâche pour l'amener à la butte
Lucie et Guillaume traînant du broyat de bois dans une bâche pour l’amener à la butte

La dernière journée, nous passons aux travaux pratiques. Pendant que les enfants goûtent au bush craft (fabrication d’arcs, de lances et d’outils en bois), nous nous attelons à l’érection d’une butte de culture à proximité de l’étang. A dix, nous mettons environ deux heures à réaliser une butte d’environ 8m de long en alternant les couches de bois en décomposition, de terre végétale, de produits de la tonte, de feuilles mortes et de broyat de branches élaguées.

Laure-Anne fendant des tronçons de bois mort déjà attaqués par les insectes pour alimenter le substrat de la butte
Laure-Anne fendant des tronçons de bois mort déjà attaqués par les insectes pour alimenter le substrat de la butte

Le travail demande de l’endurance, de la force, de l’habileté, et nous éprouvons un grand sentiment de satisfaction une fois la butte terminée: nous avons fabriqué ensemble notre premier lieu d’expérimentation pour nos cultures potagères.

Autre sujet de satisfaction: nous avons pu constater la richesse de la flore présente sur le terrain en élaborant une pouponnière d’arbres pour nos futurs besoins (haies, bois…) et la terre végétale contient de beaux vers de terre.

Pierre-Yves nous initie également à la réalisation de manches d’outils de culture à partir des branches de saules marsault. Une fois écorcée, ces branches présentent des aspérités anti-dérapantes parfaitement adaptées au maniement des outils. Encore une production naturelle qu’il suffit de savoir cueillir.

L’association « Le préau commun » reçoit les lauriers de la Fondation de France

Le 15 mai 2018, Bruno, Guillaume, Thibaud et Lucie sont partis à Rennes pour la soirée de remise des prix de la Fondation de France: un an plus tôt Sandrine, Lucie et Bruno avaient en effet élaboré un dossier pour présenter le projet du Pré Commun, éligible à des dotations de la Fondation de France. Premier réseau de philanthropie en France, la Fondation de France réunit, sur tous les territoires, des donateurs, des fondateurs, des bénévoles et des acteurs de terrain. Sa mission est d’apporter à ceux-ci, dans tous les domaines de l’intérêt général : aide aux personnes vulnérables, recherche médicale, environnement, culture, éducation…, l’accompagnement dont ils ont besoin pour une action la plus efficace possible.

Après examen de ce dossier de demande de subvention, notre association a reçu le prix de l’habitat social (car 7 de nos 12 futurs logements seront des logements sociaux): ce qui nous a permis d’obtenir une aide conséquente pour la formation du collectif (permaculture, gouvernance, comptabilité…), en échange de notre engagement à communiquer et de partager les fruits de notre expérience en tant que groupe créateur d’une coopérative d’habitat.

Thibaud est monté sur la scène du théâtre national de Bretagne à Rennes pour recevoir des mains de Guy Thomas, délégué Loire-Atlantique, les lauriers de la Fondation de France et répondre à quelques questions au nom du collectif. Notre projet a été récompensé pour les valeurs de lien électif et civique présentées en introduction par le sociologue Serge Paugam, grand témoin de la cérémonie.

https://leslauriersdupublic.fondationdefrance.org/projet/association-le-preau-commun

Stage Permaculture – Jour 4

Nous poursuivons notre stage par une réflexion sur la place des animaux dans l’éco-agro-système que nous souhaitons mettre en œuvre. Pourquoi introduire des animaux dans le système ? Plusieurs réponses : pour les produits nourriciers, pour les produits fertilisants, pour leur action sur l’environnement. Comme on considère les successions végétales, les successions animales sont à prendre en compte. Le mono-élevage comme la monoculture peut s’avérer dévastateur pour un éco-système. La gestion holistique des succession animales (bovins, équin, moutons,…) améliore les rendements, limite les parasitages et le compactage du sol, …

Nous sommes aussi amenés à nous interroger sur nos rapports aux animaux dans une société qui a évacué la mort de notre horizon quotidien. Pourquoi et comment sacrifier un être vivant ? Qui sera prêt dans le groupe à estourbir le poulet ou le lapin que nous mangerons le lendemain ?

Place au Design !

L’après-midi sera consacré à la réflexion en deux groupes sur le « design » du pré commun. Les idées fusent  : un sauna-four à pain (à miches ?). Tout le monde se prend au jeu comme en témoigne la vidéo suivante.

La synthèse se fera collectivement en rassemblant les idées sur un premier schéma.

Plusieurs points de convergence émergent : localisation des composts, organisation générale de la prairie (jardin collectifs, jardins tests individuels, poulailler mobile et son enclos déplaçable, four à pain, spirale d’aromate, serre à semis, …